Ça se passe près de chez vous n°2 par Sophie Phéline

Publié le par L'Oeil du pharynx


Ça se passe près de chez vous !
It's happening near you !
Té lloc a prop de casa !
FOCUS PERPIGNAN

Dessine-moi une cabane (Première partie).
Place Cassanyes, rdvac66@gmail.com, 5 – 25 février 2010

Si je dis « La mort de l’art ??? », l’artychienne, allongée aux côtés de son copain Hegel, le chat roux, soupire et rêvasse :
« Ah ! l’amooooooooooore de l’art… ».
Si je lui dis, « La mort dans l’art ??? », elle se crispe :
« Les morts, les disparus, les oubliés à jamais et pour toujours ? Ou bien ce que j’ai évoqué dans mon billet précédent, m’esquivant sur une pointe d’ironie du commentaire plus grave que requiert l’oeuvre de Christian Boltanski ou d’Erik Dietman ? »
Court silence.
- Tu veux parler de l’actualité ?
Elle pose sur ma pile de papiers le communiqué de presse du musée Maillol (à Paris. Pas celui d’ici ; dounotdrim !). C’est la vie ! – Vanités de Caravage à Damien Hirst, « … un parcours singulier des vanités et de la représentation de la mort à travers les différentes périodes de l’histoire de l’art. »

Plus inspirée par la lumière d’avant printemps qui fait ses premiers dans les rues d’ici, que par les grands sujets de la vie et de l’art, nous allons rôder. Dans mes poches, mon attirail : Ovide, clopes, crayon, carnet et… sait-on jamais, mon téléphone. Petits tours et détours, envie d’un café au soleil. Direction place Cassanyes, comme toujours sous haute surveillance : caméras, ambulance, odeurs de menthe, de coriandre, de rôtisserie et de miel. Café fermé ! Trois courses. Échange de nouvelles avec madame Auger qui a fardé son joli sourire d’un soupçon de résignation. On va lui casser sa cabane ! L’artychienne me regarde :
« Elle est triste ? »
On fait demi-tour, toujours à la recherche d’un café au soleil. Je change d’itinéraire et j’en profite pour faire quelques photos que je bidouille à ma manière.

Sans-titre.JPG
Sans titre 1
(Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est l’entrée de l’ex. école de dessin de Perpignan).
L’artychienne exaspérée par mon silence tire sur sa laisse et hausse le ton :
« Ho ! Réponds –moi, elle est triste la bouchère ? ( c’est Madame Auger) ».
- Oui, elle est triste. Elle a la mort dans l’âme.
- « La mort dans l’âme ???? » Qu’est ce qu’on peut faire pour elle ? Une nouvelle cabane ?
Et si je vous passais la main pour un prochain billet ? En me dessinant une cabane par exemple… et pour ceux qui ne savent qu’écrire, écrivez-moi une cabane.

RDV [AC]
1 Bis Place BARDOU-JOB
66000 PERPIGNAN
rdvac66@gmail.com

Publié dans Arts graphiques

Commenter cet article