Elisabeth DUXANS TORRES donne de ses nouvelles 3

Publié le par L'Œil du Pharynx

torres-copie-1.jpg

Elisabeth DUXANS TORRES , nous donne des nouvelles en cette nouvelle année 2011

Ses mains se posent sur moi délicatement. Il est très sensible et c’est perceptible. Elles n’osent pas encore et elles tremblent légèrement. Ses doigts m’effleurent et timidement osent s’attarder. Tout doucement.
Tout doucement, je sens ses pulsations transmises jusqu’au bout et je vibre à son toucher.
Il se passe quelque chose de délicat, de léger, d’éthéré, de bref.
Mais, se faisant plus sûr, il revient, plus insistant. Ses doigts se laissent aller, s’attardent, se faisant plus oppressants ; Ils marquent des temps, des rythmes, me percutant de petits à coups de plus en plus déterminés.

Ses doigts me caressent à nouveau, jouant de la nuance, s’attardent, reviennent, repartent un court instant et au moment où je pourrais croire que …, ils reviennent en force. 
Marquant un air vif, enjoué, énergique, s’emballant avec dextérité, son agitation me déchaîne et je ne sais plus, d’ores et déjà, d’où donner de la résonance. Et, comme si ma doléance avait été entendue, la frénésie cède à la douceur du mouvement. Des modifications sont apportées et le son décroît. Le son de chaque note que j’exprime fournit une sensation agréable. La modération de ses gestes m’assagit ; une mélodique harmonie de sa gestuelle me donne des frissons. C’est lyrique.


Puis, à touches moins feutrées, il génère de nouvelles modifications dans le timbre. 
Le temps est plus marqué, Le poétique devient ludique. Il marque plus rapidement le rythme, la cadence. Il prend soin de gérer l'attaque. Je me sens brutalisée mais en emphase avec mon artiste. Le son se fait encore plus puissant, il exalte mon clavier et ma lyre augmente mon potentiel d’expressivité. Le duo que nous formons nous emporte dans une virevoltante frénésie sans relâche et nous finissons par ne faire plus qu’un pour le plus grand plaisir des oreilles attentives. 

 

Elisabeth DUXANS TORRES L’instrument

Publié dans Littérature

Commenter cet article