Le Col.lectiu Joan Pau Giné fait son bœuf pour le Correllengua par Ramon Faura

Publié le par L'Œil du Pharynx

Llamp-te-Frigui--Salses--mai-2010.jpg19250 1314237209933 1050766069 972786 5064261 n

 

 

 

Un collectif de musiciens et de groupes de Catalogne Nord prend forme, depuis cet été, autour de la création musicale en langue catalane. Samedi 6 novembre, à 16 heures, place Catalogne, les membres du Col·lectiu Joan Pau Giné (www.musics-rossello.com) vous invitent à un bœuf musical et festif qui débutera la manifestation du Correllengua. Llamp te Frigui, premier groupe du Col·lectiu, clôturera cette journée par un concert à la Casa Musicale, à 20h30.

Aujourd’hui, le Col·lectiu compte une trentaine de membres et ce n’est qu’un début. L’engouement généré par ce projet est une véritable surprise. En moins de quatre mois, le Col·lectiu a réussi à amorcer le renouveau de la chanson en catalan dans cette petite partie du territoire, où tout semblait s’être figé depuis les chanteurs de la « Nova Cançó », dans les années 70. Cette réussite attire déjà l’attention des professionnels et du public de Catalogne Nord et Sud.

Le Col·lectiu Joan Pau Giné valorise la diversité, l’une des principales richesses de la Catalogne Nord : diversité culturelle avec des musiciens d’origines haïtienne, sicilienne, anglaise, kabyle, écossaise, napolitaine, bretonne, gitane, occitane, française, espagnole ; diversité musicale avec des musiques ska, a’cappella, rock celtique, hardcore, rumba catalana, électro latino, punk, folk, pop, country, rap, blues, groove, opéra, cantautor et reggae ; diversité linguistique avec des chants en kabyle, anglais, français, espagnol, napolitain et, principalement, en catalan.

Le Col·lectiu Joan Pau Giné met en évidence que les « nouveaux catalans » permettent à notre culture d’évoluer et de se renouveler, grâce aux rencontres qu’ils génèrent. Sans ce métissage, ce serait la fin de la culture catalane, comme de tout autre culture qui resterait figée sur une carte postale ou dans un musée et qui ne s’ouvrirait pas au monde. Ces mélanges entre les peuples ont toujours existé sur notre territoire qui a connu ses périodes les plus fastes lorsqu’il a su accueillir les phéniciens, les grecs, les celtes ibères, les romains, les occitans, etc. Aujourd’hui, les « nouveaux catalans » viennent du monde entier et le Col·lectiu Joan Pau Giné est une preuve supplémentaire que la culture catalane est un point d’encrage pour tous. Bien qu’elle ait été malmenée depuis 350 ans, elle est encore le ciment qui maintient notre cohésion sociale et qui fait notre force dans ce monde globalisé.

 

 

 

Ramon FAURA

http://www.musics-rossello.com/



 

Publié dans Musiques-Spectacles

Commenter cet article